Accueil

Climat et histoire

Tradition

Artisanat

Apprentissage par la pratique

Sites touristiques

Accès-Facile

Cuisine

Manifestations culturelles

Cartes

Pour se rendre à Takayama

Hébergement
(Anglais)

HIDA TAKAYAMA

 

Sites touristiques (Les numéros ci-dessous correspondent aux numéros inscrits sur la carte.)

  1 Anciennes demeures privées 21 Forêt du festival de Hida Takayama et Forêt de la cérémonie du thé
  2 Résidence historique des gouverneurs 22 Forêt des écureuils, Parc naturel rural des Monts Hida
  3 Marchés du matin 23 Village des stations thermales d’Oku Hida
  4 Shorenji - Sanctuaire commémoratif du docteur Fukurai 24 Alpes du Nord et téléphérique Shinhotaka (alpinisme, téléphérique)
  5 Maison traditionnelle Kusakabe 25 Parc aux ours d’Oku-Hida
  6 Maison traditionnelle Yoshijima 26 Grande Cataracte Hirayu
  7 Hall d'exposition des chars du festival 27 Gouffre de calcaire de Hida
  8 Environs du temple Higashiyama - Circuit promenade de Higashiyama 28 Mont Norikura et route de montagne
  9 Musée de l’histoire locale de Takayama 29 Plateau de Goshikigahara
10 Temples de la période de Nara entretenus par l'Etat 30 Jardin des cosmos Honoki-daira
11 Hall Shishi 31 Les quarante-huit cascades Utsue
12 Musée d’art folklorique Hirata 32 Temple Ankokuji
13 Musée archéologique de Hida 33 Chutes Okura
14 Musée folklorique Fujii 34 Jardin des lavandes Hida Kiyomi
15 Hall commémoratif de la ville de Takayama 35 Cerisier de Shokawa
16 Hall Hida Takayama Shunkei 36 Cerisier Garyu
17 Musée des arts de Hida-Takayama 37 Vestiges Donosora (vestiges de l'époque Jomon)
18 Village écologique des nounours de Hida Takayama 38 Jardin des Tournesols Arkopia
19 Forêt des Sept Dieux de la Chance 39 Forêt Sous-zéro
20 Village folklorique de Hida 40 Col de Nomugi

 

 

 1 Anciennes demeures privées (Périmètre de protection des bâtiments traditionnels d'intérêt classés par le gouvernement japonais)
L'ancien village est toujours là, sur la rive est de la Miyagawa qui traverse Takayama, avec au centre le quartier Sanmachi et ses maisons de l'époque Edo. L'ambiance de l'ancienne ville subsiste, avec son alignement de brasseries de saké et de commerces aux fenêtres à croisillons. L'ensemble du quartier a été classé zone de maisons traditionnelles de grand intérêt par le gouvernement japonais.

 

 

 2 Résidence historique des gouverneurs (Point d'intérêt national)
Initialement résidence du seigneur Kanamori, du château Takayama, le bâtiment est passé sous le contrôle direct des shoguns Tokugawa à l'extinction de la lignée Kanamori. Il servait de bureaux aux gouverneurs de la préfecture et des districts  de Hida.  Connu alors sous le nom de Takayama Jinya, c'est là qu'étaient émises les réclamations officielles et que se faisait la collecte des taxes. Avec l'avènement de l'ère Meiji (1868-1912) le bâtiment fut affecté comme antenne préfectorale, nationale et régionale. Takayama Jinya est le seul bâtiment de ce type conservé dans tout le Japon.

 

 

 3 Marchés du matin
Les marchés ont vu le jour à l'époque Edo (il y a environ 200 ans). On y vendait le riz, les mûriers et des fleurs. C'est à partir du milieu de l'ère Meiji (il y a environ 100 ans) qu'ils prirent le nom de «Marchés du matin» lorsque les femmes d'agriculteurs commencèrent à y apporter les légumes de la ferme. Deux marchés sont ouverts dans la ville: le marché de Jinyamae et le marché de Miyagawa. Toute l'année on peut y acheter des légumes frais, des fleurs et tous autres produits de la région. (En été de 6 H 00 à 12 H 00, en hiver de 7 H 00 à 12 H 00).

 

 

 4 Shorenji - Sanctuaire commémoratif du docteur Fukurai
Déménagé de Shirakawagou, connu pour ses avant-toits en surplomb, sur le site du chateau de Takayama, Shorenji est le sanctuaire le plus ancien de la secte Shinshu au Japon. Le hall principal, qui date de la période Eisho (il y a environ 500 ans) est réputé pour avoir été construit avec un unique cèdre géant. La courbe tout en douceur de son toit est un élément représentatif de la beauté de l'architecture Moromachi. Tout près se trouve le hall commémoratif du docteur Fukurai, auquel il fut dédié après la mort du chef spirituel.

 

 

 5 Maison traditionnelle Kusakabe (trésor culturel d'intérêt national)
Cette demeure a été construite en 1879 (an 12 de l'ère Meiji ). Avec son avant-toit profond et noble, c'est le type même d'une habitation du pays des neiges, solide, protégée par les auvents qui se chevauchent. C'est, avec la résidence Yoshima qui lui est contiguë, la première maison classée patrimoine culturel au Japon.  On peut parler à leur sujet de la plus belle association de maisons traditionnelles, dont la splendeur de l'architecture de poutrelles et la beauté de l'espace ouvert sont encore rehaussées par le sol en terre nue.

 

 

 6 Maison traditionnelle Yoshijima (trésor culturel d'intérêt national)
Cette demeure date de 1908 (an 41 de l’ère Meiji). Autrefois une grosse boule de feuilles de cèdre (sakabayashi) était pendue sous l'auvent car cette bâtisse était à l'origine une brasserie. On peut remarquer la beauté du bois des piliers et des portes, ou encore de la cage d'escalier construite autour d'une colonne centrale et baignée par  la lumière naturelle qui tombe de la fenêtre du haut sur les poutres et les piliers qui la constituent.
Par rapport à la demeure Kusakabe, plus virile, la résidence des Yoshijima est une structure plus subtile et plus féminine, une recherche de sensibilité et de délicatesse dans son ensemble.

 

 

 7 Hall d'exposition des chars du festival
Le hall d’exposition des chars se trouve à Sakurayama Hachiman. Il renferme 11 chars du festival d’automne de Takayama. Quatre chars sont exposés dans une rotation trois fois par an, en mars, en juillet et en novembre. Une Jeune fille du sanctuaire fait revivre la parade aux touristes.

 

 

 8 Environs du temple Higashiyama - Circuit promenade de Higashiyama
Quand vous arrivez en haut de la rue Yasukawa, il y a dans l'air comme une impression de paix et de tranquillité: vous êtes dans ce que l'on appelle le quartier des temples Higashiyama. On dit que ce quartier a pris naissance lorsque le seigneur Kanamori Nagachika, qui adorait Kyoto, a fait construire le château. Il fit en même temps construire plusieurs temples sur une colline de la partie nord de la ville. Ils sont arrivés jusqu'à nous et constituent aujourd'hui un ensemble classé patrimoine culturel par la préfecture et la ville. La promenade Higashiyama est une promenade de 3,5 kilomètres entre le quartier des temples Higashiyama et le parc Shiroyama.

 

 

 9 Musée de l’histoire locale de Takayama
Intégrant les éléments culturels de Kyoto et d’Edo (actuellement Tokyo) dans leur existence quotidienne, les habitants de Takayama ont élaboré une culture élégante et raffinée. Pour en assurer la sauvegarde, l’entrepôt d’une ancienne famille de la ville a été transformé en musée. Y sont exposés des documents historiques originaux et une précieuse documentation qui nous renseignent sur les particularités de cette culture populaire.

 

 

10 Temples de la période de Nara entretenus par l'Etat (points d'intérêt national et trésors culturels nationaux)
On découvre ici un énorme ginkgo, arbre planté il y a plus de 1200 ans, une pagode à trois étages ainsi que les portes du clocher qui auraient été déménagées du Château Takayama et la pierre angulaire de la pagode construite il y a 1200 ans. Le bâtiment qui abrite le temple principal est le plus ancien de la ville. Il a été construit pendant la période Muromachi (il y a environ 500 ans). Son style mérite sa réputation de plus beau des temples anciens de Hida.

 

 

11 Hall Shishi
Ce musée renferme non seulement plus de 800 éléments culturels et folkloriques venus de tout le Japon, tels que des masques pour la danse du lion, mais aussi divers objets employés lors de festivals locaux, ustensiles quotidiens en usage dans les villages ruraux, et pièces d’artisanat. Dans la zone de spectacle, vous pourrez assister à une représentation de marionnettes karakuri.

 

 

12 Musée d’art folklorique Hirata
La résidence Hirata, un bâtiment chargé d’histoire comme en témoigne le rideau suspendu à l’entrée teint du nom de négoce Utsuboya, a abrité durant plus de dix générations une entreprise commerciale de Takayama. Dans ce musée, découvrez l’histoire de cet établissement de négoce et admirez les ustensiles traditionnels ainsi que les œuvres d’art collectées au fil des ans.

 

 

13 Musée archéologique de Hida
Ce bâtiment fut la résidence du médecin du daimyo, au service du clan Kanamori, seigneurs du château de Takayama. Cette résidence de samurai datant de la Guerre Civile (aux alentours du XVIe siècle) comporte des éléments tels que plafond suspendu, porte d’entrée secrète et tunnel caché menant à un puits. Divers objets historiques et archéologiques sont exposés dans l’entrepôt.

 

 

14 Musée folklorique Fujii
Cet entrepôt, entièrement construit en cyprès japonais dans le style Edo Manryu, abrite une collection de quelque 2 500 objets d’intérêt historique et artisanal collectionnés par le Dr. Fujii, résident de Takayama. L’on notera en particulier un ensemble de poupées Hina (pour le festival des poupées, en mars) datant de plus de 270 ans connues comme les Kyoho Hina (début du XVIIIe siècle), ainsi que des rouleaux peints par des artistes tels que Taikan Yokoyama et le moine Ikkyu.

 

 

15 Hall commémoratif de la Ville de Takayama
Ce bâtiment, qui surplombe la vieille ville (les quartiers de Ichinomachi, Ninomachi, et Sannomachi) servit de bureau municipal de 1895 à 1968 (an 28 de l’ère Meiji – an 43 de l’ère Showa). Construit en cyprès japonais de la meilleure qualité, il comporte nombre de portes coulissantes en verre remontant à l’époque où ce genre d’aménagement fut introduit à Takayama pour la première fois.

 

 

16 Hall Hida Takayama Shunkei
Ce musée renferme plus d’un millier de pièces de laque traditionnelle de Hida Takayama, aux couleurs claires, appelée laque Shunkei. Recouvertes d’un vernis transparent sukeurushi, les pièces vont de l’ère Edo jusqu’à nos jours, en passant par les ères Meiji, Taisho et Showa. Le musée propose une introduction facile à comprendre du procédé de fabrication de cette splendide laque.

 

 

17 Musée des arts de Hida-Takayama
Musée doté d'une collection de verres et d'objets «art nouveau» au parfum d'Europe dont le summum est représenté par cette fontaine «Champs Elysées» tout en verre de 3 m de haut. Il est bien aménagé, avec un café d'ambiance, une boutique de souvenirs qui propose des ouvrages originaux.  La vue sur le parc et les Alpes japonaises du Nord y est imprenable.

 

 

18 Village écologique des nounours de Hida Takayama
Un musée qui ravira petits et grands. Sur le thème de l’écologie, ce bâtiment traditionnel de style gasshozukuri, construit voici 140 ans avec son toit de chaume pentu, abrite une collection de plus d’un millier de nounours du monde entier.

 

 

19 Forêt des Sept Dieux de la Chance
Des statues dépouillées représentant les Sept Dieux de la Chance sont visibles parmi des rangées de greniers à riz construits jadis, durant l’ère Edo. On offre à chacun l’eau puisée dans la source qui jaillit à l’intérieur du sanctuaire Shinsengu, niché dans une forêt de 70 ares. Cette eau est surnommée “Eau de la chance et de la prospérité”. Shinsen signifie “Source divine” et l’on prétend que la source jaillit pour la première fois exactement 1 700 jours après la révélation de la présence des dieux.

 

 

20 Village folklorique de Hida
C'est une reconstitution d'un village folklorique où sont exposées une trentaine de maisons au toit de chaume sur 99 000 m2. Certaines sont classées patrimoine culturel national. Les maisons, disposées pour recréer l'ancien visage de Hida, abritent des objets de la vie de tous les jours qui racontent la vie des villages de montagne. Ils sont aujourd'hui considérés comme des objets traditionnels faisant partie du folklore. Les centres d'art et d'artisanat font des démonstrations d'artisanat traditionnel tels que les céramiques de Hida, le tissage et la teinture. Vous pouvez aussi réaliser des objets en paille ou des couvertures matelassées sashiko dans les écoles d'art folklorique.

 

 

21 Forêt du festival de Hida Takayama et la Forêt de la cérémonie du thé
Le musée du festival de Takayama, premier édifice souterrain du Japon, abrite six loges construites en l'an 3 de l'ère Heisei (1991) ainsi que le plus gros tambour du monde. La Forêt de la Nature, près du musée, est un lieu de villégiature naturel où vous pourrez admirer des papillons et fossiles rares ramenés des quatre coins du monde et une quantité d'autres espèces naturelles. A noter en particulier le papillon Gifucho (nom scientifique: Luehdorfia japonica). Dans la toute nouvelle Forêt de la cérémonie du thé sont exposés des articles créés par les gardiens d'une importante culture du patrimoine immatériel désignés sous le terme de «Trésor national vivant». Y sont également exposées des œuvres de potiers et autres artistes qui ont créé un grand nombre d'ouvrages délicats. Vous pourrez apprécier ces objets d'art en buvant une tasse de thé.

 

 

22 Forêt des écureuils, Parc naturel rural des Monts Hida
Cet endroit héberge des spécimens tels que l’écureuil de Hokkaido et le tamia rayé. Promenez-vous à loisir dans la montagne pour profiter des plaisirs de la Nature.

 

 

23 Village des stations thermales d’Oku Hida
Le village des stations thermales d’Oku Hida regroupe sous son générique cinq sources thermales dispersées. La source Shin-Hotaka au pied des Alpes du Nord, est complètement entourée par la nature. Au centre du village, la source Tochio offre une ambiance familiale. La source Shinhirayu, au centre d’Oku Hida, est aujourd'hui en plein essor. La source Fukuji est empreinte de nostalgie du passé alors que la source Hirayu, avec sa longue histoire d'opulence, donne une impression d'élégance. Dans ce secteur, vous pourrez sentir la pureté de l'air sur la peau, écouter le murmure des rivières, et étendre les bras et les jambes dans des bains en plein air qui vous apporteront un profond sentiment de relaxation.

 

 

24 Alpes du Nord et téléphérique Shinhotaka (alpinisme, téléphérique)
L'observatoire le plus proche du Mont Yarigatake (3180 m d'altitude) et du Mont Hotaka (3190 m d'altitude) est accessible avec la première gondole à deux étages du Japon, qui vous conduira au dessus des nuages à 2200 m d'altitude. Vous pourrez alors admirer un magnifique panorama sur les Alpes du Nord.

 

 

25 Parc aux ours d’Oku Hida
Ne manquez pas d’assister au “Récital des Ours”, spectacle présentant des ours noirs d’Asie. Il est également possible de nourrir les ours, en s’amusant de leurs mimiques drôlatiques pour réclamer leur pitance.

 

 

26 Grande Cataracte Hirayu
Cette cascade est une célébrité de la région. Avec une hauteur de chute de 64 m, elle figure sur la liste des 100 plus grandes cascades du Japon et parmi les trois plus hautes de Hida. En hiver, la haute colonne glacée est illuminée en bleu pour le Festival des Glaces de la Grande Cataracte Hirayu.

 

 

 

27 Gouffre de calcaire de Hida
Le Gouffre de Calcaire d’Hida est une caverne fantasmagorique qui s’étend 800 mètres sous une magnifique cascade. C’est le seul endroit au Japon où l’on peut admirer des hélictites, délicates concrétions calcaires en forme de doigts. Non loin de là, l’on peut visiter la collection permanente du Musée Ohashi, qui contient près d’un millier d’œuvres d’art de renommée mondiale, d’objets artisanaux et d’ornements.

 

 

28 Mont Norikura et Norikura Skyline (route de montagne)
L'ensemble de ce secteur d'altitude constitué de 23 crêtes, 7 lacs et 8 plaines est appelé Mont Norikura. Le sommet le plus élevé est le Mont Kengamine à 3026 m. Avec la route de montagne Norikura, la plus haute du Japon, vous pourrez monter jusqu'à 2700 m d'altitude d'une traite.

 

 

29 Plateau de Goshikigahara
Vous pourrez monter jusqu'au plateau de Goshikigahara, encore couvert de forêt vierge. Il faut réserver à l'avance pour participer aux randonnées organisées. Vous pourrez suivre les pistes de forêt avec un guide agréé qui vous renseignera sur les plantes et autres éléments de la nature. Il existe deux options: le circuit «Japanese Serow» qui couvre principalement les cascades ou le circuit «Sapin blanc de Veitch» pour visiter principalement les étangs. Les cascades rugissantes font irruption au milieu de la forêt alors que les étangs formés par la fonte des neiges du Mont Norikura, s'étalent dans une sereine tranquillité, reflétant le bleu du ciel et le vert des arbres, pour l'enchantement des spectateurs.

 

 

30 Jardin des cosmos Honoki-daira
Quelque huit millions de fleurs de cosmos s’épanouissent dans un champ de quatre hectares situé à la station de sports d’hiver Honoki Daira, une mutation rêvée pour ces pistes de ski hors saison. Venez au Festival des Cosmos, qui propose jeux-concours, spectacles de rue, marché, bœuf de Hida en brochette et tant d’autres choses pour le plaisir de toute la famille. La meilleure période de visite va de fin août à mi-septembre.

 

 

31 Les quarante-huit cascades Utsue
Dans un nid de verdure, la chute des cascades forme une voile blanc. Un nombre incalculable de cascades, plus ou moins importantes, constituent les quarante-huit cascades de Utsue, entre 800 et 900 m d'altitude, apportant de la fraîcheur dans les têtes et dans les coeurs. Une piste de randonnée a été aménagée pour permettre de voir l'ensemble des cascades. De l'observatoire aménagé à mi-chemin, on a une vue magnifique sur les Alpes du Nord.

 

 

32 Temple Ankokuji
C'est un temple très renommé de l'école Myoshinji de la branche Rinzai. Le principal objet de culte est le shakyamuni Tathagata et on dit que le temple a été fondé dans la première moitié du 14ème siècle. La maison des textes sacrés du temple est le seul trésor national de Hida.

 

 

33 Chutes Okura
Les chutes Okura sont classées parc naturel de la préfecture. Le circuit de randonnée permet d'admirer une centaine de petites cascades. Au pied de la montagne les restaurants offrent de savoureux sobas (nouilles de sarrasin) préparés avec le sarrasin local, et des gîtes sont prévus qui peuvent être loués toute l'année.

 

 

34 Jardin des lavandes Hida Kiyomi
Les lavandes Hida Kiyomi sont le symbole du début de l’été. Lorsque les délicates fleurs violettes sont écloses, les alentours baignent dans leur doux parfum et l’on peut profiter d’un moment tranquille et relaxant. Le jardin de 75 ares comporte quelque 7 500 buissons de lavande. Le moment idéal pour visiter ? Fin juin à début juillet.

 

 

35 Cerisier de Shokawa
Malgré ses 450 ans, ce cerisier se tient fermement sur les bords de la route nationale 156 près de l'observatoire de Nakano, dans les environs du barrage Miboro. Il a une histoire à raconter, car il a été déplacé lors de la construction du barrage. Il est en fleur entre fin avril et début mai, comme s'il soupirait après son ancien domicile.

 

 

36 Cerisier Garyu
Classé monument naturel national le cerisier Garyu (ce qui signifie littéralement "le cerisier du dragon couché" car il ressemble à un dragon couché sur le sol), a plus de 1100 ans d'âge, des branches de 30 mètres de long et 20 mètres de hauteur. C'est un exemple spectaculaire du cerisier Edohigan (nom botanique: prunus pendula form. Ascendens), symbole du Japon.

 

 

37 Vestiges Donosora (vestiges de l'époque Jomon)
Les ruines d'un peuplement datant du début et de la moitié de la période Jomon (il y a environ 8000 ans) sont entretenues, restaurées et ouvertes au public. Des registres d'arpentage, des articles dégagés et autres éléments trouvés sur les ruines sont exposés au Centre d'information folklorique tout proche.

 

 

38 Jardin des Tournesols Arkopia
En été, plus de 200 000 tournesols fleurissent sur les pistes de ski d’Arkopia. Durant la floraison se tiennent un marché, des cours de dessin et un concours de photos de tournesols. La période de visite idéale : début à mi-août.

 

 

39 Forêt Sous-zéro
En hiver, le propriétaire de l’auberge des sources thermales Akigami arrose quatre hectares d’arbres de la montagne avec de l’eau de source froide. D’une couleur bleutée durant la journée, les arbres sont éclairés la nuit en sept couleurs, une installation artistique sylvestre et glacée qui fait le plaisir des visiteurs.

 

 

40 Col de Nomugi
A 1672 m d'altitude, ce col est l'ancienne frontière entre Hida et Shinshu. Depuis les temps anciens, la Route Edo qui traverse le col est une voie de communication très importante qui reliait Hida à Shinshu et à Edo, comme peut en attester le nom de Route de Kamakura ou Route de Edo qui lui fut donné. C'est par cette route qu'était transporté le thon à la queue jaune de la préfecture de Toyama à Shinshu, et c'est pourquoi elle était aussi surnommée la route du thon à queue jaune. A l'époque Meiji et à l'époque Taisho, un grand nombre de jeunes femmes de Hida empruntaient cette route pour aller filer la soie dans les filatures de la préfecture de Nagano. Ce fait a été raconté dans une nouvelle plus tard portée à l'écran. C'est ainsi que le col de Nomugi est maintenant connu dans tout le pays sous le nom de «col de la triste histoire des ouvrières».